L’appartement Parma

L’histoire de l’appartement de Parma : Désormais, appartement de Parma est connu sous le nom de l’hôtel Armada Pera.

L’histoire de Parma Apartmanı suscite l’intérêt par son style « Art Nouveau », et attire en particulier les amoureux d’Istanbul, les stylistes, les architectes, les hommes d’affaires, mais aussi les passionnées de culture et d’histoire, ou du mouvement « Art Nouveau ».

Le nom de la résidence est celui du couturier du palace ottoman Paul Parma, et de sa famille

parma-appart

 

Au début des années 1700, quand l’Empire ottoman a envahi l’Europe de l’Est, certaines familles européennes ont émigré vers Istanbul et Izmir, qui sont des villes portuaire, et y refait leur vie. La famille Parma, d’origine italienne, est venue du bourg de Chiavari, près de Genève, pour s’installer à Istanbul. Après s’être d’abord établie dans l’importation de thé, boissons, de conserves, la famille Parma a ouvert un magasin de beurre et de fromage dans le quartier de Bomonti en 1820, puis a fondé la première usine de pâtes en Turquie. A la suite d’un incendie en 1850, la famille a emménagé à  Pera.

La résidence Parma, dont la réalisation dans la rue Hamalbaşı a été commandée par le grand-père Giuseppe Parma, est devenue l’un des plus beaux immeubles dans le quartier de Tarlabaşı. Paul Parma, un des 11 enfants de la famille, est ainsi né à Istanbul. Pendant que les autres membres de la famille travaillaient dans plusieurs secteurs du commerce, Paul Parma est devenue copropriétaire d’une boutique de couture sous le nom de « M. Palma et D. Lena », puis finalement seul propriétaire. En 1902, le nom de la boutique fut changé en « Parma ». L’atelier couture et l’entreprise Parma étaient installés dans le « Büyük Parma Hanı», qui appartient à la famille, et encore aujourd’hui ils sont établis en face du « Avrupa Pasajı» à Beyoğlu.

Pendant la règne du Sultan Abdülhamid II  Paul Parma concevait des vêtements pour le Sultan et ses enfants, à partir de produits venus essentiellement d’Europe et d’autres magasins. A cette époque, il réalisait ses confections dans le Palais du Sultan. L’atelier fut distingué en 1890 par la remise de la médaille « Padişah İftihar Madalyası» (Médaille d’honneur du Sultan). En plus des vêtements réalisés pour le Palais, l’Atelier Parma a développé une gamme de prêt à porter pour les clients riches, habillés à la mode européenne : pantalons, vestes, gilets, et d’autres vêtements comme imperméables, estampillés  avec l’étiquette de l’Atelier Parma. Cet estampillage montrait que Paul Parma était le premier couturier du Sultan. Cette distinction, qui était accordée avec une permission spéciale du Sultan, a apporté un prestige non négligeable à l’atelier. A partir de 1907, Paul Parma a pu apposer officiellement, grâce à ce privilège, le sceau du Sultan sur les factures et les annonces publicitaires.

parmaLes médailles que l’on peut voir sue cette photographie de 1903 de Paul Parma signifient que le palais impérial reconnaissait à  l’Atelier mais aussi l’entreprise pour leur succès commercial. (Médailles dans la photographie prise par le photographe Apollon en 1903 : 1885, médaille ottomane du 3e degré ; 1881, médaille ottomane Mecidi du 5e degré ; 1862, Nişan-ı Osmani I. Rütbe Şemisesi ve Altın Sanayi Nişanı. Source : Hülya Tezcan)

Ces informations sont désormais connues depuis l’exposition présentée en 2008 au Musée Sadberk Hanım, exposition inspirée livre « Sarayın Terzisi: M.Palma- D. Lena- M. Parma », écrit par le Dr. Hülya Tezcan. Dans son livre, Hülya Tezcan montre une série de pièces de la collection Atelier Parma du musée, mais aussi collections privées. Pendant la rédaction de livre, Hülya Tezcan a rencontré par hasard quelqu’un de la famille Parma qui est toujours vivant, Mario Parma. Grâce à cette rencontre, elle a pu faire figurer dans le livre des outils et diverses choses qui étaient cachées dans « Parma Apartmanı».

Mario Parma, qui vient encore souvent à Istanbul, est né dans cet immeuble. Il a une sœur, Margharita, et un frère, Antonio. Le père de Mario, Vincenzo Parma, est un des neveux de Paul Parma. La mère de Mario, Catherina Lundsgreen, est d’origine suédoise. Le père de Catherina, Cesar Lundsgreen, d’origine allemande, est venu en Turquie en 1910, et a construit l’hôpital Toptaşı en 1927 (l’actuel hôpital, Bakırköy Akıl Hastanesi) sur  les terrains Reşadiye Kışlası appartenant au Professeur Mazhar Osman. L’oncle de Catherina, Volfgang Lundsgreen, était l’architecte des silos de Kadıköy. La famille a été obligée de rentrer en Italie à cause des évènements des 6 et 7 septembre 1955.

Commentaires

comments

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *